[SFE] Longue carrière et sécurité

Afin d’éviter toutes dérives non productives, il faut absolument informer les usagers et les cheminots eux-mêmes. Le fait de s’attaquer au roulant n’est pas innocent, ce personnel de par sa fonction capable à lui seul de mettre à mal l’économie du pays s’il se fâche réellement. Cela serait une perche tendue pour attaquer encore plus la S.N.C.B. Le moment est bien choisi, car le souvenir des 10 jours de grève précédents avec sanction à la clé hante encore les esprits. Sur ce point on peut agir :

Art. 17. A peine de nullité, les pénalités doivent être notifiées par l’employeur ou son préposé à ceux qui les ont encourues au plus tard le premier jour ouvrable suivant celui ou le manquement a été constaté.
Avant la date du plus proche paiement de la rémunération, l’employeur est tenu d’inscrire la pénalité appliquée dans un registre contenant, en regard des noms des travailleurs qui en font l’objet, la date, le motif ainsi que la nature de la pénalité et le montant de celle-ci, s’il s’agit d’une amende.

Le registre doit être produit à toute réquisition des fonctionnaires et agents compétents.

Ceci est extrait de la loi (sur la réglementation du travail) du 8 avril 1965, loi qui doit être respectée par la SNCB. Il y’a donc bien un vice de forme dans la procédure, vous pouvez donc contester. Mieux, HR-RAIL devrait annuler la mesure pour tout le monde si une plainte collective lui parvenait, via un syndicat par exemple. Nous remercions d’ailleurs notre membre (P.K.) qui a pris le temps de regarder la législation, bien que ce sujet ne soit pas notre but premier, en faire profiter le plus grand nombre est toujours porteur.

Si la sécurité était la priorité n°1, on ne toucherait aux temps de récupération du roulant et du personnel de sécurité, à la longueur de la carrière non plus, ni à la compensation qui est sans doute une prochaine étape. Ces mesures seront contre productives, on peut le prouver en utilisant les enquêtes internes sur la charge psychosociale, et autres études scientifiques.

Voici un extrait d’une étude Australienne et Américaine sur le sommeil : « les conducteurs de train sont 26 % à dire qu’ils se sentent fatigués pendant leur travail et 18 % à reconnaître qu’ils ont failli faire une bourde par manque de vigilance. La proportion est moins élevée (14 %) chez les chauffeurs de poids lourds. Les pilotes d’avion et conducteurs de train en particulier manquent de sommeil. Quand ils rentrent chez eux ou qu’ils se rendent à leur travail en voiture, 6 % d’entre eux ont eu un jour un accident pour s’être endormis au volant, soit six fois plus que le reste de la population. « On devrait tous s’inquiéter de ces chiffres », estime Sanjay Patel, de la faculté de médecine de Harvard, qui a participé à l’enquête.

Cette étude préconise de réduire le temps de travail après 40 ans, nous sommes loin du compte, pourtant nous ne sommes pas dépourvus. Grâce à nos licences nous pouvons avoir des exigences très pointues afin de satisfaire le cadre légal. Les recommandations de la commission spéciale Buizingen va aussi dans ce sens, il faut aménager les plages de travail afin de permettre au roulant des temps de relaxation, des pauses en fait etc… Une fois le système E.T.C.S fonctionnel sur 100% du réseau, sans doute que ce débat pourra être plus serein.

Savez-vous que le R.E.R sans l’ETCS augmente le risque par 3 ? Ajoutez à cela du personnel soumis à une forte charge psychosociale, et nous avons tous les ingrédients pour de futurs accidents.

D’autres sources d’économies sont possibles, ce n’est pas la volonté de ce gouvernement, cela n’est pas de notre compétence. Par contre, toutes les mesures qui impactent la sécurité ferroviaire d’une manière ou d’une autre mérite une attention particulière de tous les acteurs travaillant ou utilisant le rail.

Daniel Saey administrateur A.S.B.L SFE

Sécurité ferroviaire efficace

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.