[SFE] Le ONE MAN CAR, le déclin de la sécurité, c’est inacceptable selon nous !

 

L’A.S.B.L S.F.E se montre très interrogative concernant la future mesure dite du “one man car”.

Quelle que soit la future procédure, peu importe où et comment cela sera mis en place, retirer la seule présence physique dans le train est un recul pour la sécurité.

La loi Milquet sur le bien-être (04/08/1996) abonde dans notre sens : éviter les risques, combattre les risques à la source, remplacer ce qui dangereux par ce qui l’est moins, …

Rien que pour ces quelques points, retirer le personnel de bord c’est augmenter les risques, c’est même en créer d’autres, et par conséquent c’est bien plus dangereux.

L’AR 2015 modifiant le code ferroviaire, ne prévoit pas la gestion d’incidents pouvant résulter de conflit entre voyageurs, de situation en cas dégradation grave du matériel (bris de vitre etc…).

Comment un conducteur pourrait-il quitter son poste de conduite en toute sécurité, si la situation est conflictuelle dans le train ? Il est amené à quitter son poste pour se rendre à un signal pour une procédure, pour effectuer une visite technique de son train en cas de problèmes etc… Est-il bien raisonnable de laisser un train avec des voyageurs à bord sans aucune surveillance ?

Comment va-t-on évacuer un train avec un conducteur en état de « détresse psychologique » après un heurt de personne par exemple ? Ou encore après un incident physique (malaise etc…), dans ce cas le chef de bord est le garant de la sécurité.

Il y a une régression manifeste de la sécurité !

Dans une société où le respect d’autrui est de moins en moins présent, où les trains sont de plus en plus surchargés, où les incidents entre voyageurs pourront dégénérer de manière ingérable, cela parait irréaliste, l’accompagnateur est plus qu’un portier.

Une fois de plus, le conducteur sera le seul à bord et ce sera forcément une pression supplémentaire pour lui, des risques nouveaux de déconcentration sur sa mission qui est de conduire le train.

Savez-vous que pour l’accident de Mons seules 2 secondes on suffit pour que le conducteur ne remarque pas le signal qui l’invitait à freiner ? Là où il faut du soutien on enlève une aide précieuse en laissant place à de nouveaux risques d’accident.

Ce n’est pas tout, entendu à la radio : « la SNCB ne recevra plus d’investissement mais la sécurité ne sera pas impactée ».

La sécurité demande des investissements en urgence, alors que les décisions vont dans le sens inverse.

Nous posons aussi la question aux syndicats : on boude où on agit ? Vous ne pouvez plus dire que vous êtes à cours d’argumentations, vous pouvez contrer cette mesure qui va à l’encontre de la sécurité en utilisant la législation.

Les voyageurs doivent se poser la question, qui serait, même si la probabilité est infime :

« Vais-je risquer ma vie, mon intégrité physique, afin que la SNCB puisse faire quelques économies ? »

Nous aimerions aussi savoir comment la SNCB va-t-elle tester ce genre de train ? Si elle a déjà fait des essais, ceux-ci ne peuvent pas compter.

En effet, le règlement du conducteur interdit de rouler en charge (avec des voyageurs) sans avoir une escorte (un accompagnateur, chef de bord). Même si ce sont des chefs (instructeurs, etc ) qui le font, eux-mêmes sont soumis aux mêmes règles que le conducteur. Il faudra donc changer la réglementation et la législation, et si celles-ci devaient aller dans le sens du one man car.

En bref, cette procédure ne devrait pas voir le jour si la sécurité est bien une priorité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.